19/04/2016

The Contested Role of Public Intellectuals

The French intellectual Alain Finkielkraut was booed and chased away by participants in the Nuit debout (roughly translated as "Up All Night", "Standing Night", or "Rise up at night") movement Saturday in Paris. Finkielkraut was insulted and called a dirty fascist. He defended himself: “I was thrown out from a place where democracy and pluralism should reign…. They wanted to purify the Place de la République of my presence.” The extreme right in France wasted no time in lambasting the scenario as an example of the “hate and intolerance” of the protesters.


On the other hand, and without getting involved in the particular personality of Finkielkraut and his shift from progressive to neo-reactionary positions, the people in the French streets have avoided any form of institutionalization. They are for direct democracy and oppose any hierarchical power relations. Much like Bernie Sanders’ and Donald Trump’s invectives against the traditional two-party political system in the United States, the protesters saw the French Academician and media-savvy Finkielkraut as representing the establishment. And for them, there was no place for him with them in the streets of Paris.
Was this an example of political intolerance or direct democracy? The protesters are evidently fed up with politics as usual. The pitiful recent television performance of President Hollande in a question and answer session with ordinary citizens once again illustrated the schism between the French political class and the lives of simple citizens. Sanders and Trump also show how “politics as usual” has failed to resonant with the public.
Another excellent example of the failure of elitist politics happened five years ago at the University of Geneva. In a discussion celebrating the Geneva Initiative to create a roadmap to peace between Israel and the Palestinians, Yossi Beilin from Israel and Abed Rabbo from the Palestinian Liberation Organization spoke about what might be acceptable to both sides. They empathized with the difficulties of finding solutions at the grass roots level. Both praised the efforts of Micheline Calmy-Rey and the Swiss to create a civil society backing for some solution.
And then Bernard Henry-Levy spoke, or rather pontificated. Opposed to his empathetic predecessors, the arrogant Frenchman presented himself as the potential leader in finding solutions in the Middle East. Recalling his important role in convincing President Sarkozy to intervene in Libya, he offered himself as a one-man diplomatic force to help the Swiss (or anyone else) establish peace. No grass roots or civil society needed. Just call – he didn’t give his number – and he will be there to serve. “I came, I saw, I prevailed,” he seemed to say. According to him, he alone would succeed where seasoned diplomats had failed for decades.
The audience booed. Even at the University in sober Geneva, the well behaved audience reacted to his hubris, which was, in Alan Dershowitz’s phrase, “beyond chutzpah.” When BHL had finished his self-promotion, he walked off the stage to a cascade of catcalls.
Finkielkraut and Bernard Henry-Levy are two very public French intellectuals. Young protesters in Paris rejected Finkielkraut’s presence at their demonstration. A respectable Geneva audience booed BHL as he left the stage. Both instances show a growing discernment about politely accepting intellectual authority. Both incidents show greater critical awareness about the role of the public intellectual. Yes tolerance is important, but tolerance of what?   
The followers of Trump and Sanders are angry. They will not accept traditional political speeches or traditional political figures. Sanders drew 27,000 in Greenwich Village, a very long way from Greenwich, Connecticut. The protesters in Paris have heard enough from graduates of elite schools; they have heard enough from Academicians and media stars.  
There are rumblings going on. The students and unemployed in Paris are growing more and more assertive. The political parties’ conventions are coming up in the United States in three months. The weather is heating up; frustrations are mounting. Traditional public intellectuals will have difficulties finding their traditional places in the ferment.

Commentaires

I see big differences between the Finkielkraut and the BHL episodes.
They are two distinct persons in two distinct circumstances with different behaviors.

Finkielkraut came to see and listen in an open public space. He hadn't said anything yet. He could have even been positively impressed by what he could have eventually witnessed. We will never know, as he wasn't given a chance.
I'm very disappointed that he was given a chance to feel discriminated.
It looks like an innocent bystander got assaulted by some ideologues with very worn out vocabulary.

Bernard Henri Levy was in a political gathering in an academic environement. He took the risk to come forward with a ridiculous offer. He paid for it. Fair enough.

I agree that many of us are fed up with arrogance and disconnected contempt, as expressed by politicians or intellectuals.
Nevertheless, "power to the people" doesn't have to mean throwing out somebody who hasn't said anything yet.
I understand that he was seen as a danger and a provocation, but what was there to be afraid of ?
If he was to express criticism about what he had observed at "Nuit Debout", a written or spoken answer was possible. Words against words, ideas agains ideas.

But maybe there was a worse menace : what if he approved what he saw ?!?

Écrit par : Calendula | 25/04/2016

Merci pour cette mise au point Calendula.
Mais la question reste au sujet d'une véritable démocratie directe.
A partir de quel point, ou de quel niveau de compréhension, pourrons-nous considérer la voix du plus grand nombre comme véritablement représentative des préoccupations du public ?
Et si nous peinons à définir ce point, alors quel système pourrions-nous envisager en remplacement de celui qui semble déjà obsolète, le système partisan, binaire et réducteur, qui ne traduit plus la complexité du monde d'aujourd'hui.

Écrit par : Pierre Jenni | 26/04/2016

@Pierre Jenni,

Il est flatteur de recevoir une question aussi complexe. Merci de l'avoir posée !!!
Je ne suis pas une penseuse théorique et j'ai très peu lu d'ouvrages de philosophie politique, ma réponse sera donc très terre à terre et sans référence à aucun intellectuel.

Vous écrivez :
"A partir de quel point, ou de quel niveau de compréhension, pourrons-nous considérer la voix du plus grand nombre comme véritablement représentative des préoccupations du public ?"

Sans faire dans le nombrilisme, je dirais qu'en Suisse, nous avons une démocratie plus directe qu'ailleurs en Europe et peut-être même dans le monde. Elle est perfectible et cela peut déjà être une préoccupation pour certains d'entre nous.
Le premier problème se trouve dans les sujets proposés au vote, qui ne rejoignent probablement pas assez souvent les préoccupations du plus grand nombre.
Ensuite, il y a le financement des partis et des campagnes qui peuvent fausser le système.
Si on part de notre expérience de citoyens suisses, je dirais que si le taux de participation atteint 60% et que la campagne précédant le vote a été animée, on obtient un réponse représentative des préoccupations des citoyens ayant le droit de vote.

Pensez-vous que le faible taux de participation à quantité de votations est due à obsolescence que vous décrivez ?

Comme je participe à chaque fois, j'ai de la peine à comprendre le taux d'abstention. Tant de votations ou d'élections ont été gagnées avec des marges minuscules, cela devrait motiver les plus désabusés à passer à l'action dans les urnes.

Pour en revenir à "Nuit Debout", je suis incapable d'évaluer sa portée possible. S'agit-il d'un phénomène isolé et bien circonscrit ou d'une lame de fond ?
Personnellement, je trouverais formidable, qu'il y ait un vrai renouveau dans le fonctionnement politique et citoyen. Que des personnes issues d'une société très individualiste arrivent à trouver un fonctionnement cohérent de groupe en créant des structures à la fois définies et souples. Dans cette utopie, même Alain Finkielkraut serait accepté, s'il respecte la structure.
Et si on pousse le bouchon encore un peu plus loin : Marine ou Marion Le Pen ? A mes yeux, il ne faudrait pas refuser le débat.
Il serait intéressant de savoir, quels politiciens, intellectuels ou personnalités publiques ont eu accès à cette agora.
J'espère que l'épisode avec A.F. n'a été qu'une erreur de jeunesse et que l'exclusion de celui qui serait perçu comme un "facho" par d'aucuns ne devienne pas une des structures de base de ce mouvement.

Écrit par : Calendula | 27/04/2016

Calendula, votre message m'avait échappé...
Vos préoccupations semblent dans l'air du temps et partagées par le plus grand nombre.
Le politique a toujours eu un temps de retard. C'est un mal nécessaire pour limiter les dégâts, l'art d'arranger les restes. Il ne faudra donc pas trop en attendre.
Mais le changement se profile déjà de manière beaucoup plus profonde avec la 4ème révolution industrielle qui dessine le monde de demain. Et quand je dis demain, je pourrais dire aujourd'hui, car non seulement ça va très vite, mais c'est déjà mesurable.
Et comme d'hab', dans notre réalité duale très humaine, nous allons pencher d'un côté ou de l'autre.
Soit les grands de ce monde, qui eux ont toujours une longueur d'avance, sauront profiter de la mutation pour augmenter leur influence. C'est ce qui semble se passer avec l'hégémonie de Facebook, suivie de Google et autres GAFA's.
Soit, la véritable ouverture et l'accès généralisé aux outils numériques profitera à l'ensemble pour redistribuer les cartes.
Certains se profilent avec cette philosophie, comme Elon Musk et sa débauche de moyens pour récupérer les pointures de ses concurrents au sein de sa nouvelle structure Open AI. http://www.wired.com/2016/04/openai-elon-musk-sam-altman-plan-to-set-artificial-intelligence-free/
Mais nous avons souvent vu ces idéalistes revenir vers des notions plus gérables qui consistent à garder une puissance de frappe par une capitalisation classique et donc une récupération par le système. Tout commence dans un garage, comme Zuckerberg...
Je reste optimiste. Pour une raison toute simple. Je ne puis considérer l'aventure humaine sans une destination. Et même si je n'ai pas les clés pour décoder cette aventure unique dans l'univers connu aujourd'hui, je tiens à participer pour ne pas galvauder la chance qui m'a été donnée de la vivre.

Écrit par : Pierre Jenni | 29/04/2016

Les commentaires sont fermés.