27/03/2017

Expertise and Its Discontent

When my friends refer to me as “Doctor Warner,” I know I am in trouble. They are mocking my Ph.D. Indeed, democracies are based on the equality of citizens. Each qualified person has the same vote whether or not they have degrees in political science, listen to the news or read several newspapers a day. My friends are gently reminding me that “one man, one vote” means just that. We are all equal.


But sometimes we are not equal. I do not perform surgery or fix car engines. I may be able to give tennis lessons, but I would not be able to perform with the Swiss Romand Orchestra. I am supposed to have expertise in several fields – you don’t have to remind me that I predicted Hillary Clinton would win the presidential election – but that expertise has its limits.
In Switzerland, for example, at the cantonal and federal levels executives are not selected because of a specific expertise. Micheline Calmy-Rey was the Geneva executive responsible for the budget; later she was Swiss foreign minister. Ueli Maurer was federal councilor for defense; now he is head of the Federal Department of Finance. Public executives in Switzerland are not required to be experts in the departments or ministries they are heading.     
The rise of populism has called into question the role of experts. Donald Trump was elected against the expertise of Hillary Clinton, on paper one of the candidates best prepared to be president. Trump famously declared that if elected he would not choose people with perfect résumés in his government. (The fact that he has several former Goldman Sachs executives in his government is one of the many ironies of his administration.) Trump had no prior experience in governing, unlike the popular Ronald Reagan who had been governor of California. Trump’s lack of expertise in the public sector, his anti-Washington fervor, was part of his appeal to voters.
While his lack of expertise was appealing, the inexperience of his administration in passing a healthcare bill highlights the difference between campaigning as an outsider and governing. France has a specific educational institution, the École nationale d'administration, to prepare future executive civil servants. But doesn’t Marie Le Pen’s populist following also reject the elitism of those French who have graduated from les grandes écoles?
Is the French system more democratic than the Swiss? Are you an expert on any subject? Is there something you know better than most people? Economists tell us that each individual has some comparative advantage. But does that mean that each of us is an expert? And what does it mean to be an expert? As a student once boldly questioned me: “Dr. Warner, If you are so smart, why aren’t you rich?”
To be truly democratic, one has to accept the equality of all politically. Given minimum standards, people are equal when voting. However, this does not mean that all people are equal in everything. Expertise and competence are based on merit. And that merit can be limited to a very specific area. While it may seem elitist and unfashionable to recognize expertise, it makes sense to look for expertise if one is going to be operated on or going to a concert. I may have equal rights with others to vote but that does not mean I can perform cardiac surgery or play a piano concerto.
Many years ago New York City tried an experiment. In several districts they allowed “the community” to run the schools. Expert educators were deemed incompetent. Parents and others living in the community would run the schools, selecting teachers, etc. After years of failure, the City took back running the schools. While the previous expert educators may not have been totally successful, the community-run schools were even worse.
How to be democratic while recognizing merit and competence? How to accept the Swiss system of rotating executives while not being outraged by the neurosurgeon Ben Carson’s nomination as U.S. Secretary of Housing and Urban Development, a position he admitted to being unqualified for?
Democracies are under stress. Populism has called into question what it means to be democratic. Can we be democratic while at the same time recognizing expertise? Is being an expert necessarily undemocratic? The pendulum of history swings back and forth. While Trump’s populist anti-elitist narrative won the election, he will finally be judged by his expertise in running the country. In the final analysis, expertise trumps populism.

Commentaires

" “one man, one vote” means just that. We are all equal."

"One man, one vote" means we can enjoy pretending we are all equal once every four years. Not too bad if you take it as a collective ritual devoid of real consequences. A bit like friday night booze with your colleagues, but nation-wide.

Écrit par : to be a man is a consolation prize for those who didn't get to be a woman | 27/03/2017

Dans le roman de science-fiction de A.E. Van Vogt "The Voyage of the Space Beagle" (1950) un astronef de la Terre est chargé de découvrir et étudier les formes de vie extraterrestres qu`il pourrait rencontrer au cours d`un long périple semblable a celui du navire "Beagle" rendu célebre par Darwin. Un membre important du "Space Beagle" est le "nexialiste". Le nexialisme, science inventée par Van Vogt, "a pour but de coordonner les éléments d'un domaine de la connaissance avec ceux des autres domaines" (sic); c`est donc la grosse tete de l`équipage dans laquelle se rejoignent la science des autres grosses tetes de l`équipage en un résultat intégré ou "holistique". Dans l`idéal donc, un chef d`État est en meme temps le capitaine du navire et le nexialiste en chef qui integre le savoir de ses ministres les nexialiste qui intégrent le savoir de toute une flopée de spécialistes. La démocratie dans tout ca intervient au niveau des décisions prises par le chef d`État et qui doivent etre, dans l`idéal, en accord avec sinon la volonté populaire, du moins celle des représentants du peuple (parlement, sénat..). Le probleme avec Trump et ses ministres, c`est qu`ils sont bien incapables de remplir le role de nexialistes et que, de toute facon, ils se fichent completement de la volonté populaire. Ils ne peuvent toutefois pas se fiche de la volonté du Sénat et on a donc un astronef "USA" dont la mission est dirigée par des incapables dont le degré dangerosité n`est limité que par le Sénat (une sorte de "Huston"), il est vrai lui-meme composé en majorité de dilettantes. Tout ca promet une joyeuse expédition du navire "USA" dans les quatre années a venir.

Écrit par : jean jarogh | 27/03/2017

Are you not confusing governancy and administration ? In Switzerland, Ueli Maurer is perhaps head of the Federal Department of Finance but experts in his department help him to minimize his lack of expertise, if necessary...
Political decision is quite different than just following the guidelines...

Écrit par : Géo | 27/03/2017

Avouons-le, si les USA étaient une démocratie a l`image de la Suisse, la face du monde en serait bien changée. Toutefois, considérant que les deux autres grandes puissances de cette planete sont loin d`etre des démocraties, les USA s`en tirent encore tres honorablement. D`ailleurs, apres avoir gouté du trumpisme pendant quatre ans la démocratie américaine aura probablement toutes les raisons pour évoluer encore...

Écrit par : jean jarogh | 28/03/2017

"While the previous expert educators may not have been totally successful, the community-run schools were even worse."

Demain, cette expérience se conduirait bien différemment et aurait de bonnes chances de réussite.
Il ne s'agit pas de sélectionner des candidats à l'enseignement, mais laisser libre choix à un étudiant ou un apprenti de se former auprès d'un "expert" de son choix, en lien direct. Bientôt, n'importe qui pourra devenir expert dans son domaine de prédilection, sans formation particulière, sans diplôme qui en atteste, juste par ses qualités intrinsèques, son engouement pour la discipline et surtout sa visibilité sur le net.

De même en ce qui concerne le vote. Avec la démocratie liquide, on choisit son représentant sur un sujet donné à un moment donné. On fait l'impasse sur les parlements et le système partisan qui s'essouffle depuis un certain temps. Ainsi "one man, one vote" n'a plus tout à fait la même portée.

Écrit par : Pierre Jenni | 28/03/2017

"Bientôt, n'importe qui pourra devenir expert dans son domaine de prédilection, sans formation particulière, sans diplôme qui en atteste, juste par ses qualités intrinsèques,"

I am an expert in heart surgery. I have no diploma, no certification, no particular training but my mother can vouch for my commitment and my instrinsic qualities. I just need customers, maybe you could volunteer ? I only ask for half the fee before the operation.

Écrit par : Self-Made Expert | 28/03/2017

Je puis en tous cas vous recommander Self de partir en courant si votre médecin couvre son mur de diplômes. Il aura passé tout ce temps sur des bancs d'école pour prouver au monde et à lui-même qu'il est un expert. Je me sentirais plus à l'aise dans les "mains" d'un robot.
Il s'agit de comprendre qu'aujourd'hui déjà, plus de la moitié des matières acquises n'ont plus aucune utilité dans le quotidien des professionnels. D'où la prolifération des formations continues devenues incontournables pour rester sur le marché.
https://medium.com/singularityu/3-ways-exponential-technologies-are-impacting-the-future-of-learning-9d36fe59b8dd

Écrit par : Pierre Jenni | 28/03/2017

"Je me sentirais plus à l'aise dans les "mains" d'un robot." Grave erreur, les morts par "da Vinci" s'accumulent...et je fais allusion à la même émission qui mettait en cause les bains de Charmey...
Jenni, je ne sais pas quelle est votre formation. Si vous êtes universitaire, vous croisez inévitablement des autodidactes qui pensent avoir tout compris de votre branche. Et vous constatez tout de suite qu'il leur manque qqch...
Le rôle d'un prof, c'est d'aiguiller correctement ses étudiants. Et d'appliquer - vous allez rire en pensant à vous-même et à ce que vous m'avez écrit...- la seule vraie règle d'un scientifique : dubito ergo sum. Ce que ne font jamais les autodidactes...

Écrit par : Géo | 28/03/2017

Malheureusement, dans les faits Géo, les scientifiques ont toutes les peines du monde à remettre en question les axiomes du moment sur lesquels reposent l'ensemble de leurs travaux. Einstein lui-même fut incapable d'envisager les conséquences de ses découvertes et de celles de ses collègues de l'époque sur la mécanique quantique qui bouleverse nos acquis avec des paradoxes comme celui du chat de Schroedinger.
Alors au final, je préfère l'enthousiasme d'un autodidacte qui saura certainement trouver l'assistance nécessaire auprès d'un logiciel performant.

Quelle n'a pas été ma surprise de voir que le dernier médecin que je suis allé voir a cherché, sans trouver, une solution à mon problème sur internet. Je n'ai pas besoin d'un pro pour visiter IBM Watson Health, mais pour me signer l'ordonnance.

Écrit par : Pierre Jenni | 28/03/2017

J'ajouterai qu'il est aujourd'hui extrêmement facile d'obtenir de faux diplômes. Récemment, un médecin s'est fait coller à Zürich après trente ans d'activité irréprochable.
Peu réalisent la profondeur, la rapidité et l'étendue du changement de paradigme que traversent nos sociétés.

Écrit par : Pierre Jenni | 28/03/2017

@ Pierre Jenni,

Si je suis votre logique jusqu'au bout, je dois comprendre qu'un enthousiaste conducteur Uber inexpérimenté vaut mieux qu'un chauffeur de taxi expérimenté, qui regarde de temps en temps son GPS ?
L'expérience fait partie de l'expertise.
Savoir consulter un site de diagnostic médical avec discernement n'est pas l'équivalent de la consultation d'une recette de cuisine.

Par ailleurs, cette logique poussée jusqu'au bout postule que la formation ne vaut rien, parce qu'un diplôme peut être falsifié.
Je n'arrive pas à suivre cette logique qui s'apparente au vidange de baignoire avec le proverbial bébé.
Au lieu de disqualifier l'expertise, on ferait mieux de contrôler sérieusement la validité des diplômes.
Même si on diplôme n'est pas la garantie absolue de la maîtrise d'un savoir ou d'un savoir-faire, son absence ne l'est pas non plus. Et j'ose même affirmer que l'absence de diplôme est généralement une mauvaise chose.

On est arrivé à un point, où on voudrait avoir un contrôle total et absolu sur tout et où on peut imaginer que la machine nous garantirait cette perfection.
Comme si les machines n'étaient pas conçues par l'être humain et que les pannes de toutes sortes étaient exclues, comme par magie !
Rien n'est moins sûr.

Écrit par : Calendula | 29/03/2017

Vous extrapolez Calendula.
Je tente d'attirer l'attention, au travers de la plupart de mes interventions, sur le potentiel et les réalisations effectives de la technologie dans nos vies.
Je déplore au passage la lenteur du législateur et le décalage des lois promulguées bien trop tard pour avoir un sens avec la réalité du moment, lorsque, enfin, elles entrent en vigueur après un long processus.
J'encourage une formation bien différente de celle qui est légitimée et qui, à mon avis, ne fait que ralentir la capacité de nos écoles à se réformer afin de mieux correspondre à la réalité quotidienne de tout un chacun.
Il ne s'agit pas de diaboliser la machine ou de fustiger l'école à grand-papa, mais plutôt à s'interroger sur les buts que nous cherchons à atteindre et les moyens d'y parvenir.
Je vous défie de me présenter un étudiant post-obligatoire qui sache ce qu'il a envie de faire de sa vie dans le contexte actuel.

Écrit par : Pierre Jenni | 29/03/2017

@ Pierre Jenni,

Chiche ! Je relèverais bien votre défi, si je pouvais être sûre de pouvoir convaincre mes filles et plusieurs de leurs amis de vous être présentés.
Ils et elles sont à l'université ( Genève et Lausanne) entre bachelor et master et ont plein de projets qui ne me semblent pas farfelus.
Ils ne sont pas découragés par leurs perspectives d'avenir.
La technologie, le numérique leur sont familières et ne les impressionnent pas particulièrement.
Vous leur diriez qu'ils sont inconscients, qu'ils se trompent et que ça leur retombera dessus. Qu'on les a arnaqués sur leur formation, qu'ils vont être dépassés.
Il me semble impossible de tenir un discours défaitiste face aux jeunes, de peindre l'avenir en noir et même de prétendre savoir, de quoi l'avenir sera fait. La futurologie est une science inexacte et on se trompe très souvent dans les prédictions parce qu'on n'arrive pas à tenir compte de toute la complexité, ni à intégrer l'imprévisible, qui est plus que probable.
De plus, les jeunes ne se forment pas seulement en allant à l'école ou dans les Hautes écoles, les écoles professionnelles et universités. Ils sont immergés dans le monde qui nous entoure, ils voyagent, travaillent, lisent peut-être. Il y en a même qui discutent avec leurs parents et partagent des activités avec eux, posent des questions, pensent que l'expérience vécue n'est pas inutile. On forme nos enfants aussi juste en étant là.

Ces jeunes donneront forme à leur société avec leurs outils, qui ne sont déjà plus les miens.
Même les jeunes ne sont pas obligés d'entrer dans cette accélération amenée par le progrès. L'évolution n'est pas condamnée à devenir tout-numérique, toute axée sur les machines.

Si je pense encore à la voiture : on a appris, que les jeunes citadins suisses ont tendance à renoncer à la voiture individuelle. Ils comptent sur le vélo et les transports en commun, avec l'auto-partage.
Ou bien la cuisine : dans les années 1970, on a construit des appartements avec des cuisines minuscules, parce qu'on pensait qu'on n'allait plus vraiment avoir besoin de cuisiner grâce aux progrès de l'électro-ménager et par manque de temps. Et voilà que dans nos sociétés riches du XXIème siècle, on est devenu obsédé de gastronomie, de bio, de slow-food, de recettes et d'aliments anciens ou inconnus. Les cuisines des nouvelles constructions sont grandes, ouvertes, magnifiques.
J'ai abandonné l'idée de pouvoir prédire l'avenir avec certitude.
Mais il est fort probable que la formation devra être continue et qu'on sortira de l'idée qu'on se forme seulement dans l'enfance et la jeunesse. Je trouve cette perspective plutôt réjouissante.

Écrit par : Calendula | 29/03/2017

Calendula, je suis aussi optimiste et je me réjouis de l'évolution accélérée que nous traversons. Les exemples que vous nous donnez ne sont pas directement liés à l'enseignement professionnel mais à l'école de vie dont est fait notre quotidien.
Je persiste à penser que les formations proposées aujourd'hui ne sont pas en adéquation avec le monde qui se dessine. Mes filles, de 15 et 20 ans, cartonnent à l'école mais je vois bien la difficulté qu'elles éprouvent à choisir une voie, comme je l'ai d'ailleurs aussi éprouvé à leur âge au sortir du Cycle de désorientation.
Mais mon propos est ailleurs. La redoutable efficacité de la machine suggère un monde bien différent de celui que nous avons connu depuis que nous avons cesser de cueillir et de chasser pour survivre. La fin du travail, annoncée il y a déjà vingt ans par Jeremy Rifkin, semble inéluctable et je m'en réjouis.
Car ce n'est qu'alors que nous pourrons enfin développer le caractère créatif de l'homme dans toute sa diversité et son imperfection qui va prendre de la valeur. Voilà qui peut sembler paradoxal pour un être qui tend irrésistiblement vers la perfection en restant conscient qu'elle ne saurait jamais être atteinte sauf à éteindre la vie en supprimant son moteur.

Écrit par : Pierre Jenni | 30/03/2017

@ Pierre Jenni,

Poursuivre l'échange sur l'école et la formation se place, je l'espère, toujours dans le cadre de ce billet.

Vous vous souvenez peut-être que j'ai une longue carrière dans l'enseignement dans le Secondaire inférieur ( = C.O.). J'ai enseigné l'allemand, matière dont l'utilité et la nécessité ont été contestées de longue date, sans parler des modalités, des méthodes, des manuels. Je connais donc de très près la remise en cause du système et cela sur une très longue période, puisque j'ai également été élève dans le secondaire genevois ( depuis 1967).
La question de base étant : l'école secondaire est-elle déjà une formation professionnelle ou s'agit-il encore de dispenser un enseignement généraliste ?
L'objectif est-il d'aider à avoir une tête bien faite, bien pleine ou de donner des outils concrets pour la vie professionnelle future ?
La meilleure réponse serait probablement : les trois, mon général ! Mais dans quelles mesures, dans quelles proportions ?

Vous écrivez : "Mes filles, de 15 et 20 ans, cartonnent à l'école mais je vois bien la difficulté qu'elles éprouvent à choisir une voie, comme je l'ai d'ailleurs aussi éprouvé à leur âge au sortir du Cycle de désorientation."

Et si le problème venait, en premier lieu, de la spécificité de l'adolescence ? N'est-ce pas la période par excellence dans laquelle le jeune se métamorphose lentement en adulte ?
Il existe des jeunes, qui savent à 15 ans ce qu'ils voudront faire plus tard et dans les cas le plus chanceux leur désir correspond à leurs capacités, leur projet est réaliste et réalisable. Mais ils sont une minorité.
Moi non plus, je ne savais pas que je deviendrai prof d'allemand à cet âge -là ! J'ai eu la chance immense de pouvoir faire des études non-utilitaires (Lettres) et ensuite, peu à peu, j'ai déterminé mon projet. La découverte du rôle de prof a été une fulgurance. C'était difficile pour une étudiante idéaliste de 23 ans, mais c'était mon truc.
De nos jours, les perspectives sont tellement moins claires qu'en 1974, que je ne comprends pas, comment les jeunes pourraient mieux se déterminer à 15 ou 20 ans. Comment une école pourrait-elle anticiper le monde de demain pour déjà orienter les élèves, déjà décider des priorités pour eux ?
A Genève, l’École ne peut pas trouver de consensus ou de respect auprès de la population. Pour ceux qui connaissent d'autres situations ( en Suisse ou ailleurs), c'est étonnant.
Travailler dans une ambiance de défiance n'est pas évident, mais l’École n'est pas la seule à vivre cela. La défiance, la remise en cause des compétences, de l'expérience et des méthodes d'autres professions est effectivement très répandue, comme le dit D. Warner dans son billet.
Chacun voudrait voir sa préoccupation particulière prise en compte. C'est juste quand on va chez le coiffeur, qu'on se fait opérer du cœur ou construire une maison.
Mais les décisions politiques, celles qui touchent l'ensemble de la population sont d'une autre nature. Les évolutions sociétales échappent en partie au politique, qui court après des phénomènes complexes.
Je pense p.ex. au fait que l'instruction soit désormais obligatoire jusqu'à 18 ans. On l'a décidé après coup, en constatant que les entreprises ne prenaient que rarement des jeunes de 15 ans en apprentissage. Ce n'est pas seulement parce que l’École les a si mal formés, mais parce que le contexte entier a changé. Les jeunes sont moins autonomes, moins éduqués par leurs familles, le monde du travail est devenu plus exigeant, les patrons ont moins le temps de s'occuper de la formation de jeunes etc etc.
Bien sûr, je rejoins votre souci de l'adéquation entre école et la vie professionnelle, mais je préconise davantage d'"humanités", de réflexion créative, d'activités à première vue inutiles, afin d'ouvrir les jeunes à tous leurs potentiels. Ils auront besoin de savoir "sortir du cadre", de penser autrement, pour gérer la suite.
Les machines, c'est bien, mais ce n'est pas tout.
J'accepte de passer pour un dinosaure, mais je pense qu'il serait irresponsable de renoncer à essayer de faire le lien entre le passé et l'avenir. Je ne serai plus actrice, mais je peux au moins faire partie du décor, de l'arrière-fond. Il en faut aussi un.

Écrit par : Calendula | 31/03/2017

Tout cela est fort bien dit, Calendula. J`ajouterais qu`un meilleur suivi personnalisé par des équipes de psychologues ne serait pas une dépense inutile au niveau du cycle d`orientation afin de révéler aux gosses non-seulement leurs potentialités basiques (est-on plutot manuel, créatif, cérébral, solutionneur de problemes, social, etc) qu`eux-memes ignorent souvent mais aussi les alternatives réalistes en termes de formation/études. Cela éviterait sans doute a beaucoup de s`engager dans des voies qui ne correspondent pas a leurs potentiels. Parfois, l`arbre de la technologie peut masquer la foret de la psychologie.

Écrit par : Jean Jarogh | 31/03/2017

@ Jean Jarogh,

Les psychologues sont utiles et ils se trouvent déjà dans les écoles secondaires, mais pas en grand nombre. Les élèves peuvent demander un rendez-vous sans autre.
Pour les adultes, le ou la psychologue semble un recours utile, mais pour un ado ce n'est pas pareil. On doit un peu les coacher, pour qu'ils y aillent réellement. Et on n'arrive pas toujours à les convaincre.
A leurs yeux, le psychologue est souvent un personnage un peu effrayant qui va faire intrusion dans leur vie ou leur cerveau... Ils disent aussi : "Je ne suis pas fou, j'ai pas besoin d'y aller."
Les cours d'orientation scolaire et professionnelle sont donnés par les enseignants, qui reçoivent une formation pour ça et tout un matériel assez bien pensé. Toutes sortes de questionnaires ou autres activités poussent à trouver des voies.
On encourage les élèves à faire des visites, des stages (en 11ème ), il y a toute une organisation en place.

Selon mon expérience, il faut arriver a susciter l'intérêt et la curiosité, sans donner l'impression que l'on stresse l'adolescent avec cette question -bateau :
"Quel métier feras-tu plus tard ? Ah bon, tu ne sais pas encore ?" Sous-entendu : C'est inquiétant, tu devrais déjà savoir, si non ça va mal se terminer.
Je n'ai jamais conseillé de répondre quelque chose au hasard, pour avoir la paix, parce que ça ne fait pas sérieux de la part d'un prof.
Mais comme on a le droit de changer d'avis en cours de route, ça ne mange pas de pain de dire quelque chose.
En tant que parent, on m'a aussi beaucoup demandé, ce que mes filles allaient choisir. Du moment que je répondais avec le dernier projet articulé, tout le monde était content et on passait à autre chose.
Plus personne n'est venu demander de comptes sur les projets obsolètes ;-)))

Écrit par : Calendula | 01/04/2017

Calendula, il existe des questionnaires de détection spécialisés pour l`orientation professionnelle qui sont a utiliser par un psychologue. Ces méthodes d`origine francaise ne datent que d`une vingtaine d`années et ne sont encore utilisées que rarement en Suisse, dans le cadre de consultations privées (encore faut-il trouver un psychologue qui s`y est formé).

Écrit par : jean jarogh | 01/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.