25/06/2018

Shaqiri and Xhaka as Quantum Phenomenon

Xerdan Shaqiri and Granit Xhaka were the stars of the recent 2-1 victory for the Swiss national team over Serbia in the World Cup on Friday in Kaliningrad. They scored the squad’s only goals. The precious victory placed the Swiss in an ideal position to advance to the next round of the prestigious tournament. But more than just soccer stars, the two demonstrated that what has been called “spooky action at a distance” can exist on the soccer pitch. They actualized one of the most counterintuitive aspects of quantum physics.


Both players are leaders of the Swiss side, but both have similar origins outside the Alpine country. Xhaka was born in Switzerland of Kosovar parents; Shaqiri was born in Kosovo before his parents moved to Switzerland. Although both are well integrated into Switzerland and are leaders of the Swiss side, both maintain close emotional ties to the tiny de facto state of Kosovo. The small Balkan entity, closely associated with Albania, has an ongoing conflict with its neighbor Serbia over territory and Serbia’s non-recognition of Kosovo’s independent status.
Thus the match Switzerland vs. Serbia had more than just sporting interest for the two. After each scored, they celebrated by making a hand gesture symbolizing the eagle that appears on the Albanian flag. As Xhaka said after the match, “This is a special day for me. This is a victory for my family, for Switzerland, for Albania and for Kosovo.” 
Indeed, Shaqiri had a Swiss flag on one of his boots and a Kosovo flag on the other. (He seems to have scored with the Swiss boot.)
While one can certainly understand the euphoria of winning for Switzerland and family, is it possible to celebrate for more than one country in a competition limited to national teams? Can one be part of more than one country at the same time?  
This is where “spooky action at a distance” is relevant to what happened during the game. According to quantum mechanics, it is possible for a sub atomic particle to appear to be two entities at the same time. In other words, a particle can be in one place and simultaneously in another place while behaving as part of one entity.
In the famous Nottebohm Case of 1955 before the International Court of Justice (ICJ), while the judges recognized that someone could be a citizen of more than one country, they determined that in the specific situation they were judging what was important was the “effective nationality” of the person in question. There could be sharing of citizenship, they ruled, but in the given situation under consideration there had to be one citizenship more important than the other.
Following the ICJ’s reasoning, while Shaqiri and Xhaka were playing for the Swiss national team, it is quite possible for them to have strong emotional ties to Albania and Kosovo. From the soccer perspective, their effective nationality is Swiss despite their attachment to Albania and Kosovo.
Obviously, we cannot ask sub-atomic particles their emotional preferences for the two entities that share them. But we do note that sharing of identity is possible in the physical world, that binary either-or is limited and limiting. Following this logic and returning to the soccer stars,  the hyphen between Kosovar-Swiss or whatever else one might be is a possible alternative to a simplistic binary distinction such as merely Swiss or Kosovar.
Compare the comment by Swiss People’s Party right-wing parliamentarian Natalie Rickli; “I cannot honestly rejoice since the two goals were not scored for Switzerland but for Kosovo” with Xhaka’s uncle; “My nephews grew up in Switzerland with respect for the country and its culture. But they were educated in Albania with the love of family and Kosovo. Frankly, I would be incapable to say which is Swiss or Albanian for them. They are a perfect mix.”  
Shaqiri and Xhaka scored monumental goals for the Swiss national team. That they celebrated as Swiss and Kosovars at the same time is quite understandable, especially in a match against Serbia. Whether or not their gestures were unduly provocative will be decided by international soccer officials. We can only hope that the officials are aware of quantum physics and the concept of shared identity.   

Commentaires

Votre analogie avec le monde quantique est amusante. Vous faites référence au phénomène d’intrication qui n’est pas le moindre des paradoxes de cette physique née il y a un peu plus d’un siècle.

Les lois appliquées à l’infiniment petit ne sont que des lois de probabilité. Quand on s’essaie à formuler en termes concrets ce qui ne se démontre qu’à l’aide de raisonnements mathématiques et d'équations fastidieuses, cela devient vite inintelligible…

La quantique est mise à toutes les sauces, pas toujours par les commentateurs les plus éclairés – je ne dis pas cela pour vous - un peu comme l’expression « Tout est relatif » dérivée des travaux d’Albert et passée dans le langage populaire….

La Nature n’est pas réglée par les lois qui sont celles de notre quotidien, pas uniquement. Faut l’admettre, on parle dans cette physique d’indéterminisme, d'acausalité et la physique newtonienne, apprise au collège, que notre bon sens accepte naturellement, n’est plus valable au niveau subatomique.

Je ne sais si vos deux footballeurs ont une vision déterministe ou non du monde réel, mais je les ai trouvés par contre fichtrement déterminés.

Écrit par : Gislebert | 26/06/2018

Je crois savoir (je suis nul en physique) qu`en physique quantique la fameuse particule peut etre ici ou ailleurs tant qu`il n`y a pas d`observation. C`est la fameuse parabole du chat de Schrödinger qui est, du point de vue quantique, a la fois mort et vivant dans sa boite tant que l`observateur n`a pas ouvert la boite. C`est donc le premier observateur qui détermine la "réalité", qui dit ou s`est vraiment trouvée la particule a un temps donné. Dans le cas des gladiateurs helveto-kosovars, ceux-ci sont kosovars selon l`observateur serbe et suisses selon l`observateur suisse... reste a déterminer lequel est le "premier observateur". Plus sérieusement, je crois que vous et l`oncle de Xhaka avez raison, monsieur Warner, et que dans le cas du sentiment patriotique, les particules peuvent réellement etre a deux (voire plus) endroits a la fois, n`en déplaise aux nationalistes fanatiques de tous bords.

Écrit par : Jean Jarogh | 26/06/2018

Comme c`est un sujet tres actuel et humainement important, je suis tenté d`ajouter encore ceci. On peut vivre son identité nationale de diverses manieres, selon les autres composantes déja présentes dans son identité. Ainsi, l`on sait que la composante identitaire juive est souvent tres forte chez celles et ceux qui s`en réclament or sait-on que le premier pilote militaire allemand de la premiere guerre mondiale (donc avant le moustachu fou) a avoir sacrifié sa vie pour son pays était juif?

Écrit par : Jean Jarogh | 26/06/2018

Jean Jarogh@

Pour un nul en physique, c'est bien, votre résumé de la parabole de Schrödinger illustre parfaitement la difficulté d'expliquer les lois régissant le monde des particules en recourant à des exemples macroscopiques de notre monde réel (ici le chat). Personne ne comprend la mécanique quantique disait Feynmann. Ce qui ne doit pas nous empêcher d'en utiliser les retombées (déjà avec nos pc et nos portables).

Ceci dit, sortez ce chat de cette boîte et foutez lui la paix, qu'il puisse vivre son existence de félidé entre ses croquettes et son coussin...

Écrit par : Gislebert | 26/06/2018

Ne vous inquiétez pas Gislebert, je suis tres copain avec les chats, j`en ai meme quatre en ce moment (faut un grand jardin). Par contre, je mettrais volontiers dans une boite bien fermée tous les extrémistes nationalistes et religieux de tous bords et puis j`oublierais soigneusement de valider leur état quantique en ouvrant la boite.

Écrit par : Jean Jarogh | 26/06/2018

"dans le cas du sentiment patriotique, les particules peuvent réellement etre a deux (voire plus) endroits a la fois"
Comme vous avez raison ! Mais dans ce cas, on s'abstient d'aller se "battre" sous une des deux couleurs dans une compétition qui a conservé le modèle national...
Le geste des deux Kosovars est un geste nationaliste fascistoïde, très proche du salut hitlérien ou du salut des trois doigts des Serbes. Si ceux-ci l'avaient fait, quelles auraient été les réactions de la presse hyper-pro-américaine de la Suisse et du reste de l'Europe ?
Souvenez-vous de Régis Debray et de sa vision des bombardements de Belgrade, lisez "l'Europe est morte à Pristina" du colonel de l'armée française Jacques Hoggard.

Écrit par : Géo | 26/06/2018

Pourquoi y aurait-il eu une réaction, Géo? Les Serbes peuvent faire toutes les signalisations serbes qu`ils veulent, puisqu`ils sont serbes. Il s`agit juste d`admettre (ou non) que les deux joueurs kosovo-suisses ont le droit de se considérer a la fois kosovars et suisses et de le manifester sans qu`on les traite de tous les noms.

Écrit par : JJ | 26/06/2018

"Il s`agit juste d`admettre (ou non) que les deux joueurs kosovo-suisses ont le droit de se considérer a la fois kosovars et suisses"
Mais ils jouent sous le maillot de l'équipe suisse, et la Suisse et les Suisses n'ont rien à fiche de la guerre entre Kosovars et Serbes ! Vous comprenez maintenant pourquoi je suis contre la bi-nationalité ?
Faites un effort, transposez avec l'équipe française et les drapeaux algériens, si vous ne comprenez pas avec la Suisse. Ou alors supprimons cette stupide Coupe du monde de football pour les nations et ne gardons que les clubs, qui eux n'ont que des mercenaires de toute façon...

Écrit par : Géo | 26/06/2018

"Ainsi, l`on sait que la composante identitaire juive est souvent tres forte chez celles et ceux qui s`en réclament or sait-on que le premier pilote militaire allemand de la premiere guerre mondiale (donc avant le moustachu fou) a avoir sacrifié sa vie pour son pays était juif?"

Écrit par : Jean Jarogh | 26/06/2018

Et que le Christianisme doit aux juifs d'exister!? Et que les premiers chrétiens et saints étaient DES JUIFS! Merci Jésus le JUIF, d'avoir donné naissance à l'antisémitisme!

Écrit par : Patoucha | 26/06/2018

Je suis sûr que le point de vue de Slobodan Despot, paru dans "Antipresse" dimanche passé intéressera tout le monde...

"Le sujet arrive en dernière minute, mais il me semble suffisamment important pour mériter une mise au point. Ce samedi 23 juin, la Radio Suisse romande m’a contacté pour un débat au sujet du scandale survenu lors du match Suisse-Serbie (2:1) joué la veille. Lorsque j’ai été en mesure de reprendre la liaison, la journaliste ne m’a plus répondu.

L’incident est suffisamment sérieux pour ne pas passer simplement à la trappe. Les buteurs suisses Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, tous deux d’origine albanaise du Kosovo, ont tous deux fait le signe de l’aigle bicéphale, un geste communautaire et nationaliste — mais nullement helvétique bien ententendu.

Voici ce que j’aurais eu à dire, non en tant que Serbe, mais en tant que citoyen suisse (et j’aurais tenu les mêmes propos en cas de provocation nationaliste serbe):

1) Lors de ce match, la plupart des joueurs, tous les buteurs ainsi que les deux entraîneurs provenaient de l’ex-Yougoslavie. On pourrait s’interroger dès lors sur la signification de certains drapeaux nationaux dans le sport moderne.

2) Ce geste politique répété était soit prémédité, ce qui dénote d’une extrême déloyauté vis-à-vis du pays d’accueil; soit spontané, ce qui témoigne à la fois de l’imbécillité de ces joueurs et de leur degré d’«intégration» au sein du pays où ils ont été formés et dont ils défendent le drapeau. A la différence d’un Valon Behrami, qui fait preuve d’un réel patriotisme suisse, la croix blanche ne signifie manifestement rien pour ces gens-là. Ce ne sont que des coucous qui pondent leur œuf dans le nid d’autrui.

3) Cela dit, on peut les comprendre. Au temps de la guerre civile yougoslave, la Suisse a soutenu sans nuances la cause de l’indépendantisme albanais au Kosovo, qu’elle fut l’un des premiers Etats à reconnaître. Elle a laissé s’installer des mafias ethniques sur son sol. Elle n’a fait aucun cas du rapport du sénateur suisse Dick Marty sur le trafic d’organes au Kosovo, incriminant les dirigeants locaux reçus à bras ouverts en Suisse. Aux yeux de ces deux jeunes footballeurs incultes, la Suisse est déjà une extension du territoire albanais.

4) Ces provocations sont une affaire intérieure helvétique. Ce pays est le siège des institutions internationales et il vend dans le monde entier sa réputation de neutralité. S’il tolère sans réagir le détournement de son équipe nationale de football au profit d’un nationalisme étranger et violent (l’épuration ethnique est massive dans le Kosovo «indépendant»), cette réputation volera rapidement en pièces. Nombre de bons joueurs immigrés formés en Suisse ont choisi de jouer pour leurs pays d’origine, Kosovo ou Croatie. Il faut inviter MM. Xhaka et Shaqiri à rejoindre l’équipe dont ils promeuvent les armoiries en Coupe du monde. Leur maintien dans l’équipe de Suisse serait un indice sûr de ce qu’il adviendra de ce pays dans un avenir proche."

Slobodan Despot

Écrit par : Géo | 27/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.