28/08/2018

John McCain, the Unrepentant Warrior

The hero-worship of John McCain’s militarism misses the point that the Vietnam War was not World War II, and that individual heroism in the wrong cause cannot overcome the catastrophic errors of believing that might makes right. Physical bravery should not overshadow moral weakness. McCain’s military exploits deserve recognition only in so far as we do not forget the larger moral and political errors in which they took place.   


David Foster Wallace dramatically summarized McCain’s heroism in his 2000 Rolling Stone article from the South Carolina primary campaign trail. He wrote: “In October of ’67 McCain was himself still a Young Voter and flying his 23rd Vietnam combat mission and his A-4 Skyhawk plane got shot down over Hanoi and he had to eject, which basically means setting off an explosive charge that blows your seat out of the plane, which ejection broke both McCain’s arms and one leg and gave him a concussion and he started falling out of the skies right over Hanoi. Try to imagine for a second how much this would hurt and how scared you’d be, three limbs broken and falling toward the enemy capital you just tried to bomb. His chute opened late and he landed hard in a little lake in a park right in the middle of downtown Hanoi. Imagine treading water with broken arms and trying to pull the life vest’s toggle with your teeth as a crowd of Vietnamese men swim out toward you…”
The war hero label stuck with McCain throughout his life. He was the son and grandson of admirals. His decision to remain in prison instead of leaving before those who were imprisoned longer has been presented as a rare positive note in a war that saw millions of Vietnamese die as well as over 57,000 American soldiers. McCain’s story allows people to forget the gross miscalculations of the Vietnam War (“We were wrong, very wrong,” said Secretary of Defense Robert McNamara much later) and its loss of lives.
For those who opposed the war, McCain’s heroism is a mixed bag. Wallace’s rendering of McCain’s courage makes no mention of the horrors of the war, as have many other tributes. Wallace said: “But there’s something underneath politics in the way you hear McCain, something riveting and unSpinnable and true. … It’s very easy to gloss over the POW thing, partly because we’ve all heard so much about it and partly because it’s so off-the-charts dramatic, like something in a movie instead of a man’s life. But it’s worth considering for a minute, because it’s what makes McCain’s ‘causes greater than self-interest’ line easier to hear.'”
Wallace placed individual courage above institutional atrocities, Agent Orange and all. “causes greater than self-interest”? When does individual heroism trump egregious governmental errors? Today we pay tribute to whistleblowers such as Daniel Ellsberg for rendering public the Pentagon Papers and the courage of the New York Times and the Washington Post for printing them. Because of Ellsberg, the Times and the Post, we learned that many in the U.S. government knew the Vietnam War was a mistake.
What about those who show courage in following the wrong orders? McCain’s courage in solitary confinement was part of the Code of Conduct of the United States military. He was a good airman – in spite of being third-rate student at the U.S. Naval Academy. And for the rest of his life he continued to believe in the use of military might. The current bloated United States military budget was named in his honor.
To his credit, John McCain, post Vietnam, was strongly opposed to the use of torture. His disagreements with Vice-President Dick Cheney over waterboarding are a tribute to the lessons he learned in Vietnam. His thumb down signal anticipating his refusal to join Republican colleagues in overturning the Affordable Care Act (Obamacare) will also be part of his positive legacy.
But, again, can someone be a war hero in the wrong cause? Candidate Donald Trump commented about McCain: “He’s not a war hero. He was a war hero because he was captured. I like people who weren’t captured.” Besides being insulting coming from someone who avoided military service because of some minor ailment, Trump made no mention of the war involved. Captured while fighting for what cause?
Without questioning John McCain’s individual courage as a prisoner of war, we should not forget his gung-ho militarism. His Vietnam War experience in no way diminished his fervor for the United States military. He continually called for more troops in Iraq and later the Surge, was enthusiastic about continuing American military presence in Afghanistan, and was a fervent Cold Warrior in favor of NATO and against Russia. McCain’s chairmanship of the Senate Armed Services Committee was his “last and perhaps greatest role in the Senate,” according to one eulogy. Whatever lessons he learned against torture in Vietnam did not lead him to question the overarching positive role of the military.
The world is not made of nails and the United States is not its hammer. John McCain’s courage as a prisoner of war is being used as a form of remembrance of great American war heroes such as Audie Murphy and even John Paul Jones. His self-deprecating humor – when asked about how he slept the night after his 2008 electoral defeat, he said: “Like a baby. I woke up every two hours and cried” – as well as his ability to reach out to Democrats are a tribute to a senator of stature. But his individual heroism should not allow us to forget the disastrous war in which he fought.
 

Commentaires

A balanced tribute: generosity yielding to moral truth.

Écrit par : Mère-Grand | 28/08/2018

I for one question McCain "heroism":

http://www.unz.com/article/mccain-and-the-pow-cover-up/

Nickname: songbird. It tells it all. He was never tortured. He was the son of an admiral.

He was a war criminal.

Écrit par : Daniel | 28/08/2018

Any solder of any army should be aware that he will be betrayed by the government of his own country if the interest of that county (which generally means the interest of its political leaders) is at stake.
This unpalatable truth has often been exposed in the case of the United States, even though it is most certainly universal.
In French it is called "la raison d'Etat".

Écrit par : Mère-Grand | 28/08/2018

Amazing how far you can stretch "$73,000 from his Navy pension" ...

https://uk.businessinsider.com/john-mccain-net-worth-real-estate-charity-2018-5

Écrit par : Chuck Jones | 28/08/2018

Another obituary restoring some truths (Aug 27, 2018):

http://www.g2mil.com/empire-suez2.htm

For example:
"McCain’s loyal wife was disabled in a serious auto accident while he was a POW. Soon after he returned, McCain dumped her for a wealthy woman 20 years younger. The Reagans were so angry they never spoke to him again. He then married his new babe before he officially got divorced, so there’s that bigamy thing."

Or:
"But his worst damage was to oppose any attempt at world peace, often demanding that the USA bomb the neocon designated villain of the year, currently Iran. McCain was a key player in the senseless deaths of thousands of American GIs and a million foreigners over the past two decades. He will not be missed."

Since Saturday the world is a better place.

Écrit par : Daniel | 29/08/2018

All this is an anti-Trump propaganda !

Écrit par : Corto | 06/09/2018

Les funérailles de John McCain ont tourné au meeting politique hypocrite et répugnant, la campagne pour les élections de mi-mandat prendrait un tour intense et abject.

Écrit par : Corto | 08/09/2018

@Corto
STFU. Don't feed the troll.

Écrit par : Arthur | 08/09/2018

En l’espace de quelques mois, l’ancien candidat républicain, John McCain, est passé de personnalité politique moquée à héros célébré par la gauche américaine. Au point que ses funérailles, samedi 1er septembre, ont pris des allures de panthéonisation. Pour cela, il lui a suffi d’attaquer Trump.

Écrit par : Corto | 08/09/2018

Tout ce que la gauche déteste !

Quant à ses prises de position, il était férocement Républicain et conservateur au sens américain du terme, opposé à l’avortement et au mariage homosexuel ainsi qu’au financement par l’État fédéral des programmes d’éducation sexuelle ou de planning familial.

Écrit par : Corto | 08/09/2018

C’était aussi un faucon, prêt à faire intervenir les forces américaines partout dans le monde, très en faveur de la guerre en Irak et plus récemment, soutenant l’escalade militaire dans l’est de l’Ukraine en approuvant la livraison de matériel militaire au gouvernement ukrainien.

Aviateur au Vietnam, richissime, opposé à l’avortement, faucon, tout cela en fait quand même un modèle hautement improbable pour la gauche américaine comme européenne.

Fondamentalement, McCain était un homme politique décent aux positions intéressantes en politique étrangère. Il fut d’ailleurs le seul à dénoncer le génocide des Tutsis au Rwanda et à proposer une intervention au moment où l’administration Clinton préférait fermer les yeux.

Écrit par : Corto | 08/09/2018

Le New York Times a publié un texte anonyme (encore l’anonymat) censé être signe par un “membre important” de l’administration Trump. Le texte (mais c’est un hasard sans doute) reprend des éléments qu’on trouve chez Woodward, revendique la présence de “cellules dormantes” au sein de l’administration Trump censées s’efforcer de saboter ce que fait Trump aux fins de préserver la sécurité du pays, dit que Trump est “inefficace” et “anti-démocratique”, et ajoute que Trump est inapte mentalement et devrait être éjecté de la Maison Blanche au nom du 25e amendement. Pour que le texte paraisse “conservateur”, son auteur précise approuver l’essentiel des décisions de Trump.

Écrit par : Corto | 08/09/2018

- "Le New York Times a publié un texte anonyme (encore l’anonymat)
- "ajoute que Trump est inapte mentalement et devrait être éjecté de la Maison Blanche au nom du 25e amendement." (Corto)


Ca c'est signé Hillary Clinton. Ou ses portes-parole intercepteurs, Benjamin Netanyahu, ou Corto.



- "Fondamentalement, McCain était un homme politique décent aux positions intéressantes en politique étrangère." (Corto)


Dans un texte signé Corto, le mot "décent" est une erreur, ou un bug du robot de censure des blogs.

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

Encore un intervenant anonyme !

Écrit par : Corto | 08/09/2018

Le même New York Times qui rapporte ...

"We went to Somalia to keep people from starving to death," said Senator John McCain, an Arizona Republican, during a debate that conjured up the ghosts of Vietnam. "Now we are killing women and children because they are combatants.""


Traduit par google, cela donne ...

""Nous sommes allés en Somalie pour empêcher les gens de mourir de faim", a déclaré le sénateur John McCain, républicain de l'Arizona, lors d'un débat qui a évoqué les fantômes du Vietnam. "Maintenant, nous tuons des femmes et des enfants parce qu'ils sont des combattants.""


Si CA c'est pas la preuve que John McCain n'a RIEN compris de l'effet USA sur les femmes et les enfants an Afrique, c'est que les hommages relayés par les médias ne servent que la glorification de leur suffisance, et du mépris qu'ils ont pour les sociétés qui ne connaissent des USA que la propagande d'Hollywood et les armes payées et livrées par les américains pour les tuer, afin de permettre à des John McCain et des Hillary Clinton de se donner une raison d'exister.

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

"McCain ... le seul à dénoncer le génocide des Tutsis au Rwanda" (Corto)

Ah ben ...

Justement, je me demandais, ... comme ça, ... par hasard, ... mais pourquoi israel n'a pas dénoncé le génocide des Tutsis au Rwanda ?


https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/interview-isra-l-t-il-arm-le-rwanda-pendant-le-g-nocide-de-1994-95584078

---
Quand avez-vous commencé à soupçonner qu'Israël avait vendu des armes au Rwanda pendant le génocide de 1994 ?

J'en ai d'abord entendu parler par un photographe israélien. Il s'est rendu huit fois au Rwanda et a vu les armes. Quand je lui ai demandé si de hauts dirigeants étaient impliqués dans la vente des armes, il m'a répondu oui. Lorsque j'ai mentionné [Yitzhak] Rabin et [Shimon] Peres, il a rétorqué : « C'est vous qui le dites, pas moi. Et si vous le publiez quelque part, je dirai que je ne vous connais pas. » J'ai commencé à chercher davantage de preuves. Dans notre requête, nous nous reposons, entre autres sources, sur un rapport publié par Amnesty International en 1995.

Le rapport précise les armes qui ont été embarquées à l'aéroport Ben Gourion. La liste comprenait essentiellement des armes légères dont Israël s'était emparé lors la guerre israélo-arabe de 1973, ainsi que des armes soviétiques et chinoises ayant été embarquées à Tirana (Albanie). Les armes ont été chargées en Israël et en Albanie sous la supervision d'officiers israéliens. Plus tard, quand Maître Mack et moi avons préparé la requête, nous sommes tombés sur des informations supplémentaires qui ont étayé nos soupçons.

A votre connaissance, le gouvernement israélien savait-il qu'il vendait des armes susceptibles d'être utilisées pour perpétrer le génocide ?

Des tensions sont apparues au Rwanda dès janvier 1994. Plusieurs des Etats parmi les plus puissants au monde ont imposé des règlements internationaux de contrôle des armements et un embargo de l'ONU est entré en vigueur le 17 mai 1994. Israël a violé l'embargo, tout comme la Russie, la Belgique, l'Afrique du Sud, la France, l'Espagne et d'autres encore. Bon nombre des avions transportant les cargaisons étaient britanniques. Le ministère israélien de la Défense a délivré la dernière licence d'exportation pour les armes en octobre 1993, soit six mois environ avant le début des massacres.

Mais certaines cargaisons ont été envoyées entre mai et juillet [pendant les massacres]. Selon les documents du ministère rwandais de la Défense, sept cargaisons de munitions pour des armes légères sont arrivées d'Israël via l'Albanie entre avril et juillet 1994 à l’usage des milices qui ont commis les massacres.

Je dois préciser que les Israéliens ont également été les premiers à envoyer un hôpital militaire au Rwanda en juillet 1994. Le personnel médical a fait un travail remarquable. Cependant, même si le gouvernement est responsable de cette importante aide humanitaire, il est également responsable de l'approvisionnement en armes des forces gouvernementales hutues.

Que pensiez-vous qu’il se passerait si vous médiatisiez l'implication d'Israël dans le génocide ?

En 2004, j'ai été interviewé dans les journaux de la télévision israélienne à propos de la commémoration des dix ans du génocide rwandais. Le présentateur a présenté ce sujet en utilisant la terminologie spécifique à l'Holocauste, qui, en Israël, est rarement utilisée pour décrire autre chose que l'Holocauste. Il a dit que lorsque le génocide a eu lieu au Rwanda, le « monde était resté silencieux. » J'ai ajouté qu'Israël était au nombre des muets et que selon certaines allégations nous aurions même fourni des armes. J'ai conclu l'entrevue en déclarant que si ces allégations étaient vraies, il s'agissait de crimes de génocide.

J'étais persuadé que le temps de rentrer chez moi, j'aurais été inondé d'appels et de méls de personnalités politiques et d'autres personnes inquiètes, furieuses ou sceptiques quant à cette révélation. Pourtant ce fut le silence. Personne n'a réagi. Je fais face à ce genre de déni, encore et encore, de la part de personnes parmi les plus responsables et morales, notamment des universitaires, des politiciens et des amis qui me disent : « C'est impossible... ces ventes d'armes n'ont pas pu avoir lieu. » Ou on me dit que je suis « allé trop loin en accusant Rabin et Peres. »
---

Ah ben voila. Tout s'explique. Fallait pas accuser Rabin et Peres, en mission divine pour apporter la paix via la mort dans le monde.

Le crime, c'est la vie divine de Rabin et Peres. La sentence, c'est la mort ... des autres.

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

Ah ben, puisque McCain s'était exprimé à propos du Rwanda, et de la Somalie, et si nous lisions un peu ce qu'il disait à propos de la ... Yougoslavie ?


http://edition.cnn.com/ALLPOLITICS/stories/1999/04/02/crossfire.transcript/index.html

----
NOVAK: But I just -- what is your position on what can be done -- General Clark is saying we have long memories. Are they going to send in a SWAT team to get Milosevic? What are the options that the United States has in this case?

MCCAIN: I think it's as follows, Bob, increase the intensity of the bombing, recognizing that that entails civilian casualties. That's the reason why war is so terrible. And it may even mean losses of aircraft.

It also means that we should, as quickly as possible, prepare for the ground troops option if necessary. And obviously, that's the last one.

In the meantime, there's a whole lot of things we can do with our Apache helicopters, with A-10 Warthogs and with a number of other assets that we have, and devote it all.

And by the way, do not let our NATO "allies" -- quote-unquote -- veto any targets that General Clark feels are necessary to be struck in order to win this conflict.
---

Cette fois, c'est moi qui traduis ...

Novak: Alors Monsieur McCain, quelles sont nos options ?

McCain: il faut plus balancer de bombes sur la gueule de ces cons de civils.

Mais dans tous les cas, il faut laisser personne de nos "alliés" de l'OTAN nous empêcher de balancer des bombes sur la gueule de qui on veut, ... si on veut ... gagner.

---

Il a dit ... "gagner".

Dans sa tête, il ne s'agissait pas de protéger des civils !
Dans sa tête, il s'agissait de gagner une guerre pour les USA !

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

Chuck Jones reprend des sources financées par le hizbollah, bravo !

On voit bien que Genève, ville accueillant l'ONU est très inventive !

Écrit par : Corto | 08/09/2018

" McCain: il faut plus balancer de bombes sur la gueule de ces cons de civils." (Chuck)

Erratum dans la traductium : Il faut comprendre ...


"McCain: il faut plusse balancer de bombes sur la gueule de ces cons de civils."

ou si vous préférez ...

"McCain: il faut balancer encore plusse de bombes sur la gueule de ces cons de civils."

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

Please Daniel Warner, do not feed the TROLL plagiarist Arthur/Charles 05

Écrit par : Patoucha | 08/09/2018

"......Dans un texte signé Corto, le mot "décent" est une erreur, ou un bug du robot de censure des blogs.

Écrit par : Chuck Jones | 08/09/2018

Encore un intervenant anonyme !

Écrit par : Corto | 08/09/2018

Plus pour longtemps Corto! 2018 sera un hiver très chaud pour certains. Patience!

Écrit par : Patoucha | 08/09/2018

Patoucha, Ils avaient jurés leurs grands dieux de parvenir à quelque-chose, et finalement tout va s'écrouler, comme prédit !

Lorsque les inversions s'inversent, c'est toujours surprenant !!

Écrit par : Corto | 08/09/2018

On a déjà vu des démocrates se vanter d'avoir fait la guerre du Vietnam alors que c'était faux, un mensonge !

Écrit par : Corto | 09/09/2018

Concernant les armes présentes au Rwanda lors du génocide, le fils Mitterrand était largement impliqué, premièrement ces armes étaient pratiquement uniquement des machettes, des machettes provenant de Chine et transitées par des avions et pilotes russes en partance de ports sous "contrôle" russe.

Il faut savoir que ce génocide était organisé par la multi-nationale SGS-Thompson qui voulait semer la pagaille dans la région des grands lacs afin de mettre le grappin sur différents métaux indispensables dans la fabrication d'écrans LCD, principalement le "coltan" présent à 97% dans ces régions, d'ailleurs les guerres "tribales" dans ces régions sont loin d'être terminées.

Le fils Mitterrand a servit d'intermédiaire entre les réseaux de trafiques d'armes et SGS-Thompson, cela avec l'accord ou plutôt sur les ordres de papa !

Écrit par : William | 09/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.