Breadlines in Switzerland

Imprimer

“Switzerland Punches Above Its Weight” “The Small Alpine Country Is a Financial and Diplomatic Global Player” “Geneva is the Rome of Multilateralism” We have all heard and read these headlines. While not quite touted like the United States as the “indispensable nation,” Switzerland is often presented as something special.

How special? In numerous James Bond movies, Switzerland has been represented by Swiss bankers eager to help the villains hide illegal money. Impeccably dressed, the gnomes of Zurich fulfil an idealized image of Switzerland. Where else but St. Moritz, Gstaad, Crans Montana or Verbier would the world’s 1% and royalty come to frolick? Where else but Switzerland would the international commodities trader and tax evader Mark Rich choose to incorporate his silver millions but the tax haven of Zoug?
Switzerland, The Monaco of the Mountains, that’s where.
Except that recent headlines in Reuters, The Guardian and elsewhere have reported food lines in Geneva that contradict this image. “In one of the world’s richest and most expensive cities, poor and migrant workers are suffering under coronavirus restrictions,” Reuters recounted. “Hundreds queue for food parcels in wealthy Geneva,” The Guardian headlined. “Over 1,000 poorer working people and undocumented migrants waited for hours for basics,” read the image shattering story. “The line of people stretched for more than 1km outside an ice rink where volunteers were handing out about 1,500 parcels to people who started queuing as early as 5am.” 
Poor people in Switzerland? How could this happen? One never sees bread lines when Bond’s adversaries visit their silver haired bankers to check on their hidden treasures. Sure there are simple farmers high up in the mountains, but they are not poor. They are self-sufficient and content making cheese and playing Alpine horns while pausing to take care of their cows. 
When the story of the bread lines appeared, people sent letters of condolence to Nicholas Bideau, head of Presence Swiss. Think of all the negative publicity that had to be countered. After the 1990s crisis over Nazi gold stashed away in Swiss banks, after the 2009 international kerfuffle over the national vote limiting the number of minarets in Switzerland, the crystalline image of impeccable Switzerland had been tarnished once again.
It turns out that not all Swiss are Zurich financial moguls, overpaid Geneva UN diplomats or yodeling smiling farmers. “In a nation of nearly 8.6 million, 660,000 people in Switzerland were poor in 2018, the charity Caritas said, particularly single parents and those with a low level of education unable to find work after losing a job,” The Guardian revealed. The food lines were not just the result of the current economic crisis due to the virus. There were homeless, unemployed and low paid workers in Switzerland before the pandemic. The Covid-19 crisis unveiled a reality that had been swept under the image-created rug.
Does this mean Switzerland is not special? Mais non. It means that Switzerland is a country like other countries. It may have a very high median income; it may play an important diplomatic role larger than its size; it may attract tourists from all over the world; it may be a leader in…(fill in the blanks) But it is still a country like others with its share of people living in or near poverty. Whatever image the Bond films may give, Switzerland, like all countries, has inequalities; it is a normal country. The only question is the degree of inequality within each country and what countries do to assist the disadvantaged.
Switzerland, like the Nordic countries, for example, has less inequality than the United States. And it may have more wealthy citizens than the Nordic countries because of tax differences. But to imagine that Switzerland has no poor people, and that the coronavirus has not caused enormous economic suffering, is to play into an idealized image creation. After all, even Roger Federer loses tennis matches and needs injury-induced operations.
So while image creation is important, it should not be totally divorced from reality. I do not feel sorry for Nicholas Bideau. There will be no letter of condolence from me. He has much to present as a positive image for Switzerland.

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • "the national vote limiting the number of mosques in Switzerland,"
    Hola, hola, Mr.Warner ! Que nous chantez-vous là ? Vous confondez minarets et mosquées ? J'ai de la peine à y croire !

  • Le plus pauvre des Suisses parait encore riche (en pouvoir d`achat) par rapport au précaire francais ou italien. Les Suisses qui font la queue pour quelques paquets de pates et de riz sont des gens sans aucun revenu, ce qui signifie qu`ils ne sont pas suisses. Tout citoyen suisse, meme s`il n`a pas d`emploi, bénéficie d`une aide sociale suffisant amplement a se nourrir, son loyer et son assurance-maladie étant pris en charge par l`État. Les seuls citoyens suisses qui n`ont pas de quoi payer leur alimentation sont ceux qui dépensent leurs subventions sociales en drogue. Ceux qui faisaient la queue aux Vernets étaient pour la plupart des étrangers ne bénéficiant pas de l`assurance-chomage (notamment parce qu`ils travaillent au noir) ou des étrangers qui ne travaillent pas, par exemple des mendiants-touristes d`Europe de l`Est ou des SDF d`un pays voisin (je ne veux vexer personne).

  • These images, which the media are fond of, show people who have come to Switzerland illegally and who live there hidden from official bodies. Should Switzerland be transformed into a police state to avoid this situation, or let everyone in to increase the level of poverty in the country (which is the bottom line of the left)?

  • Mais c'est fou, j'allais écrire exactement la même chose que Jean Jarogh alors qu'on a habituellement des opinions diamétralement opposées. C'est peut-être parce ce que ce qu'il dit est indéniablement factuel.

  • Effectivement Eastwood, il suffit souvent de s`en tenir aux faits pour etre d`accord. Dans ce cas particulier, certains n`ont pas pu s`empecher de trafiquer les faits en les transformant pour la cause en "pauvreté genevoise" et en créant ainsi un cas d`école de fake news. La Suisse a au-moins deux choses (en fait bien plus) dont elle peut etre bigrement fiere: la démocratie directe et le fait d`avoir vaincu la pauvreté. La longue file de distribution des Vernets a bien révélé un probleme; pas celui de la soi-disant pauvreté genevoise, mais celui du nombre de passagers clandestins. Pierre Maudet a commencé a traiter ce probleme, mais depuis qu`on l`a mis aux oubliettes le probleme a apparemment repris du poil de la bete. Si on laisse prospérer l`esclavage du travail au noir, il ne faudra pas s`étonner des conséquences sur le marché de l`emploi, les salaires, le budget social et meme la criminalité de rue.

  • Ce que M. Jean Jarogh a écrit est juste quant l avantage de la démocratie directe en Suisse et aussi sur l aide sociale afin qu il n y est pas trop de pauvres bien pauvres si j ose m expliquer ainsi .

    J aimerais ajouter qu une de la fierté de ce que la Suisse avait (à l imparfait) réussi est à avoir maintenu "une bonne" classe moyenne jusqu à il y a peu. Désormais et hélas, la classe moyenne est en train de s effriter et de glisser lentement mais sûrement plutôt vers la classe pauvre et certainement pas vers la classe riche et aisé, ça va de soi.

    Hormis l aspect financier de l émiettement de classe moyenne, il est clair que la disparition lente de cette classe témoigne de l explosion autant de la société que de la cohésion sociale et l évidence de la "prémisse" de la survenue d une future "gueguerre" civile sociale et économique. On le voit chez nos voisins à l hexagone et les conséquences de la disparition de cette classe aux USA et dans d autres pays européens et occidentaux.

    Bientôt on n utilisera plus le terme de la classe moyenne mais bel et bien la classe moyenne inférieure ou plutôt la classe pauvre supérieure puisqu il y aurait toujours, hélas, une classe pauvre inférieure.

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Tout est rappelé dans les commentaires.
    Par ailleurs insupportable: l'hypocrisie ou l'idiote paresse de nos journalistes Romands, engoncés en logorrhées basées sur le nombre de "personnes démunies" faisant la queue pour des sacs alimentaires, évaluées à +2500 au plus fort des distributions.

    Alors que ces journalistes savent pertinemment que leur nombre, ne serait-ce que celui des clandestins, dépasse les 20'000 en 2020, depuis la "régularisation Papyrus" de 1'350 clandestins dès 2018, sur 13'000 officiellement recencées dans le Canton, en 2017.

    (*Opération Papyrus 2017-18: 13'000 personnes officiellement recensées sans droit de séjour dans le Canton)

    https://www.arcinfo.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-a-geneve-des-heures-de-patience-pour-un-sac-de-marchandises-de-20-francs-933769

    *https://www.rts.ch/info/culture/cinema/10279462-un-documentaire-pour-retracer-l-operation-papyrus-a-geneve.html

  • "Bientôt on n'utilisera plus le terme de la classe moyenne mais bel et bien la classe moyenne inférieure ou plutôt la classe pauvre supérieure puisqu il y aurait toujours, hélas, une classe pauvre inférieure." (Charles 05)

    Allez allez, une fois ... encore deux legislatures roses-vertes et Genève deviendra l'Inde de la Suisse où l'on ne parlera plus de "classes", mais de "castes" et de "sectes" gravées dans cette constitution genevoisienne, à défaut de pouvoir parler de la constitution de Genève.

    Si vous voulez mon avis, c'est le moment d'expulser Paris de la Suisse, ou d'abandonner Genève perdue dans la banlieue parisienne, et même Vaud, et de retracer les frontières de la Suisse pour ne pas contaminer la constitution de la confédération.

  • A l’instant même, nous apprenons que au moins 24 victimes, dont des nouveau-nés et des infirmières, ont été tuées et 16 autres blessées dans un hôpital d’un quartier habité par la minorité chiite à Kaboul. Parmi les victimes on note aussi des jeunes mères, des enfants et des nourrissons.

    Le 12 mai 2020, 24 personnes ont été tuées après l’intrusion de trois djihadistes armés dans une unité de soins maternels dans un hôpital de Kaboul. Deux bébés parmi 24 tués lors de cette attaque islamiste contre la maternité en Afghanistan.L’un des nourrissons a notamment reçu une balle à la jambe.

  • Pourquoi la mention des "bébés", Corto ? En plus des "nourrissons", des "enfants", et des "nouveaux-nés" ? C'est pas tout le même chose ?

    Et puis pourquoi mentionner "infirmières", "mères", "personnes" en plus d'avoir déjà écrit "victimes" ?

    Le message subliminal est un peu chargé en boutons émo-religieux pour l'artiste de l'info rococo que vous êtes.

    Scoupe: l'ambassadeur de Chine en Israel (le négotiateur chinois en Ukraine envoyé à la table de poker menteur qui a "élu" Zelensky) a été retrouvé mort chez lui.

  • M. Warner,
    Quel est le rapport entre la pauvreté à Genève et “une unité de soins maternels dans un hôpital de Kaboul” ?
    Peut-on désormais venir balancer sur votre blog n'importe quelle info sans lien avec le sujet proposé ?
    Dans ce cas j'en aurais de bonnes à raconter.
    On aimerait pouvoir continuer à consulter votre blog (que personnellement j'apprécie beaucoup) sans avoir à subir le troll attitré de la plateforme.

Les commentaires sont fermés.