Can multinationals be responsible?

Imprimer

As part of anger against the 1%, many of the 99% are turning against multinational corporations such as Google, Apple, Facebook and Amazon. On November 29, the Swiss will vote on a referendum concerning corporate social responsibility.

Before deciding on the pros and cons of what’s on the ballot, we should consider the nature of corporate responsibility. Responsibility is both a legal and moral term that we use for individuals or groups. But in the case of multinationals, which more often than not hold the legal status of a Société Anonyme (S.A.), or corporation, we are being asked to judge the behaviour of an anonymous legal entity.
Is this possible? We know there are people in the corporations who make decisions. There are organisational charts depicting the corporate hierarchy that help us understand how decisions are made. When we talk about corporate social responsibility, however, we are not talking about individuals being held responsible; we are talking about the entire legal entity. Although we refer to the legal fiction in human terms – called methodological individualism – we cannot forget that a multinational is more than the totality of its employees and stockholders.
Can we hold certain people responsible for the activities of the larger group? Certainly in the case of the bankruptcy of Swissair, the head of the corporation, Mario Corti, as well as the boss of UBS, Marcel Ospel, were held responsible by the general public. Swissair itself was not held responsible. How could it be?
State responsibility is a similar problem. Can states be held responsible for their actions? If so, can individuals within the states acting as public officials be held responsible for their actions? The International Law Commission spent decades on this question with no definitive answer. While it is true that leaders of countries have been brought before tribunals for crimes, they have been brought before the tribunals for their individual acts or orders, not in terms of the entire state’s responsibility.
In practical terms, what would it mean to hold an entire state responsible for an act? At the Nuremberg trials and the current International Criminal Court, individuals, like the leaders of the former Yugoslavia, have been and are tried for their crimes. An entire state has not been tried.
There is the possibility of finding one answer in Geneva. At the World Trade Organization (WTO), states can be held responsible for violating trade agreements. And, if found guilty, a state may be fined. No individual is held responsible if a country’s policies have violated a trade norm. No trade representative or head of state has ever been held responsible for the actions of its government. Similar considerations happen in antitrust cases such as the current one against Google.
So what can we make of multinational responsibility? Can we hold individuals or the multinational responsible for the entire chain of production? In a famous case before the International Court of Justice, the question was how directly an order was given from the top: how much the leaders controlled what others were doing. A large multinational deals with a long list of suppliers. Can the main corporation be held responsible for the activities of all those involved in the production process?
These questions will be voted on by Swiss citizens on November 29. I hope we all feel that corporations and multinationals should be held responsible for what they do, including the consequences of their actions. No one likes to see oil pollution from industry prospecting. No one wants to see young children working in virtual slave conditions for meagre wages. We feel that these situations are unacceptable.
But the question of responsibility for those situations goes beyond feelings. The legal fiction of a corporation or state confuses our moral judgments. Most Swiss companies are S.A. – public companies - for legal reasons. They are Anonyme – anonymous - so they can avoid individual personal responsibility. That is how the system functions. Corporations, in a famous phrase, have “no soul to damn: no body to kick”.
So the question of multinational responsibility goes beyond individuals since the multinational is not human. Multinational responsibility is fundamentally a legal question, which leads to many technical questions about jurisdiction. Where is the illegal act taking place? Where is the chain of command? Who can be held accountable? Under which laws? Who is to judge?
The fact that Swiss citizens will be voting on this is a sign that a significant number of people want multinationals to be held accountable. There is an obvious call for transparency to pierce the veil of legal fiction. Anonymity may be a legal status, but for a large segment of the population multinational corporations no longer respond to common moral judgments.
The failure of the International Law Commission to arrive at concrete recommendations for state responsibility shows the complexity of the problem. But, that doesn’t mean, by analogy, that multinationals should not be held accountable, in one form or another. If no one person should be above the law, corporations should not be above the law or moral judgment. There are facts behind legal fictions. There are ways of holding corporations responsible. Multinationals can be damned; they can also be kicked.

 

Lien permanent 12 commentaires

Commentaires

  • Who really benefits from this type of group thinking and isn't it not rather an overflow of a private religious sentiment on the economic field served by a political pretext ?

  • I think you miss the point. This is not a moral question. As you correctly point out, companies have no moral. The aim of this initiative is to put in place a legal framework that would oblige companies that operate from within Switzerland to conform to swiss law even for their activities abroad. The United States do this all the time. It would of course be a mere symbolic gesture, as companies break the law all the time, and as nobody ever goes to prison they'll just pay the fines.

  • Vous soulevez une question importante et cette votation sera peut-être le début d'une réponse à un besoin pressant.
    Nous observons de plus en plus que ceux qui sont à la tête de ces grands groupes transnationaux sont devenus intouchables et quittent avec des parachutes dorés alors qu'ils ont sabordé le navire. Le commun des mortels pourrait, à la rigueur, accepter que ces capitaines engrangent des revenus considérables pour les risques qu'ils prennent et les RESPONSABILITéS qui vont avec. Pourtant, comme dans les Etats, lorsqu'il s'agit de rendre des comptes, il n'y a plus personne. Les conseils d'administration et les exécutifs sont les décideurs et ils doivent être poursuivis collectivement. A moins qu'ils puissent prouver s'être opposés aux options choisies par le groupe. Et comme toutes les séances font l'objets de procès-verbaux, il ne devrait pas être difficile de faire le tri.
    Il est non seulement possible, mais nécessaire d'obliger les entreprises d'assumer les conséquences de leurs actes. Les dégâts environnementaux provoqués par BP, par exemple, ont permis des amendes conséquentes. On attend encore de voir qui assumera les suites de Fukushima aux conséquences funestes pour les trente prochaines années. En aucun cas on ne peut laisser cette question en suspens. La Suisse joue ici sa crédibilité. Un refus de cette initiative nous rangerait définitivement au rang des opportunistes dénués de toute conscience et me donnerait envie de rendre mon passeport si je ne savais pas que ce n'est pas mieux ailleurs.

  • Petite mise au point en ce qui concerne Fukushima, démontrant la difficulté de généraliser au plan mondial la question de la responsabilité des entreprises.
    En 1948, le Commandement suprême des troupes alliées décrète la privatisation des entreprises énergétiques japonaise pour éviter un monopole d'état.
    En 1951, création de 9 entreprises privées dédiées à l'exploitation de centrales électriques, dont la TEPCO (Tokyo Electric Power Company), future propriétaire de la centrale de Fukushima.
    Après la catastrophe de 2017, la TEPCO et l'état japonais sont reconnus coupables de négligences par le tribunal de Fukushima.
    En raison du coût colossal des dégâts, la TEPCO est à nouveau nationalisée.

  • Sous nos latitudes, seules les sociétés immatriculées au registre (non obligatoire) du commerce ont une personnalité et donc une responsabilité morale. Toute autre société n`a pas d`atonomie juridique et seules les personnes physiques qui la constituent ont une responsabilité juridique. On a vu comme une entreprise géante comme VW a pu etre responsabilisée moralement et obligée a payer des fortunes en dédommagement alors que, parallelement, certains de ses directeurs ont été responsabilisés et sanctionnnés personnellement. Pour information, le 2 décembre prochain l`Union Européenne rendra public sa nouvelle position juridique sur les géants du GAFA et les sanctions rendues possibles par cette position.

  • Un contre-exemple vécu de la diversité internationale en matière d'investissements est celui de la Namibie. Pour complaire à l'éthique onusienne, ce pays s'est doté d'un tel arsenal juridique touchant à l'écologie et au blanchiment d'argent, qu'il est pratiquement impossible à une société étrangère d'y fonctionner normalement. Le plus vieux désert de la planète se relooke dans l'avant-garde des modes intellectuelles, mais il risque de rester vide pour l'éternité. Seules les multinationales chinoises aux finances hors-ligne ont la capacité de s'y maintenir, dans une stratégie qui leur est propre.

  • @rabbit Faut dire que les entreprises chinoises peuvent difficilement etre suspectées de blanchiment d`argent et qu`en échange des contrats elles (en fait, le gvt chinois) construit des infrastructures a tire-larigot et a crédit. Crédit pouvant d`ailleurs toujours etre remboursé en nature (minerais et autres) ou avec de nouveaux contrats. Rien a faire contre ca.

  • Non à cette initiative néocolonialiste! Quel mépris pour les peuples indigènes que cette ingérence de l'Occident donneur de leçons. Il faut voter contre à moins d'être raciste, xénophobe et facho!

  • Cette initiative veut lutter contre la corruption. Est-ce que ses initiants se rendent compte qu'il n'y a pas une seule ONG en Afrique qui peut y travailler sans cracher au bassinet d'une manière quelconque ? J'ai travaillé là-bas dans l'hydraulique rurale ou de petites villes. Aucun bureau ayant gagné l'appel d'offres d'un projet ou aucune ONG ne peut poser une pompe manuelle sans donner de pots -de-vin aux autorités de l'eau. Amusant, n'est-il pas ?
    J'imagine déjà les procès en Suisse contre Helvetas, qui paie (avec l'argent de la DDC, donc le nôtre...) des droits de douane exorbitants pour importer des pompes manuelles (exemple vécu au Mozambique).

  • Merci à Daniel Warner, qui met sur le tapis les questions qui fâchent, restant sans solution dans le texte des initiants.

    Tout a été dit, dont concernant le business des ONG cotées en bourse.

    Le commentaire de Géo souligne la question de la corruption institutionnelle généralisée sur le continent Africain - mais pas que, entre gouvernements et entreprises étrangères, qui doivent s'y soumettre.

    Où le pire, ou la suite, se passe en pays sous emprises de l'EI. Je cite l'exemple du Mozambique où d'énormes ressources gazières découvertes récemment, sont exploitées par 2 multis dont Total.

    Or, pour l'exemple, la France s'est dotée d'une telle loi RSE (responsabilité sociétale des entreprises à l'étranger) qui s'avère pour l'instant inapplicable en l'occurrence.

    D'autres pays (cf. Canada -loi CRE, multis US minières sizes au CA, exploitants en Amérique du Sud) se sont dotés de telles lois en resp. de multis, droits humains et environnement à l'étranger.

    A votre avis, que se passe-t-il?
    Les multis visées par ces lois se retournent contre le CA en procès pour réclamer des Bios de $ d'indemnités "POUR PERTE DE PROFIT POTENTIEL, leur bon droit - selon accord TAFTA.

    Que les citoyens doivent payer.
    Voter oui, en Bonnes intentions? Morale: La Double peine: C'est ce qui nous pend au nez.

    - NON à cette initiative, face à l'accord-cadre avec l'UE que notre CF nous concocte en catimini, prévoyant l'inclusion automatique des accords TAFTA

    - NON à cette initiative qui exige se faire inscrire ses aberrations
    dans le marbre de notre Constitution Fédérale.

  • "Aucun bureau ayant gagné l'appel d'offres d'un projet ou aucune ONG ne peut poser une pompe manuelle sans donner de pots -de-vin aux autorités de l'eau."


    Ben oui. C'est la taxe d'importation religieuse.

    Vous voulez importer et imposer votre religion, vous payez une taxe.

    Amazon fait exactement la même chose. Vous voulez importer votre religion dans son territoire internetique, vous payez une taxe.

  • The state already has a monopoly on violence (according to Max Weber) in Switzerland; no need to give it the right to define what is good or bad in other countries.

Les commentaires sont fermés.